Skip to main content

Communiqué de presse 09-06-2024

La population genevoise dit NON à des crèches au rabais et OUI à des conditions de travail décentes dans la petite enfance

Ce dimanche, les Genevois-es votaient sur la modification de la loi sur la petite enfance qui avait été décidée par la majorité de droite du Grand Conseil. Cette modification était combattue par un large comité référendaire, composé d’associations professionnelles du secteur, de partis et de syndicats. Si cette modification législative avait été acceptée, elle aurait représenté une attaque flagrante contre les conditions de travail d’un personnel essentiellement féminin et aurait considérablement dégradé les conditions d’accueil des enfants. 

Les arguments fallacieux des partisan-es de cette modification de la loi, axés essentiellement sur l’ouverture de places de crèches privées supplémentaires, ont donc été légitimement balayés dans les urnes. La population genevoise a donné un signal clair : ce n’est pas en supprimant les usages professionnels, et en appliquant le salaire minimum au personnel non soumis à une CCT ou à un statut de droit public, que des progrès seront effectués dans l’accueil préscolaire.

Alors que le secteur fait face à une pénurie de personnel dans la petite enfance, il aurait été absurde de dévaloriser encore plus ces professions. Les places d’accueil n’auraient pas été augmentées par cette mesure, au contraire des marges des crèches privées, qui auraient conservé leurs tarifs aussi exorbitants qu’inaccessibles à la plupart des familles du canton. 

Ce NON doit désormais servir de base sur laquelle renforcer la politique publique de la petite enfance. Car le maintien des parents en emploi ne passera pas par la dégradation des conditions de travail dans les crèches, mais au contraire par un investissement plus important des collectivités publiques pour créer de nouvelles places.

Ce NON sonne également comme un avertissement clair envers la majorité de droite du Grand Conseil : toute attaque contre un accueil préscolaire de qualité sera systématiquement combattue, tout comme les tentatives de remettre en cause les mécanismes de régulation du marché de travail. Nous poursuivrons nos actions politiques et syndicales visant à valoriser le personnel de la petite enfance et à renforcer le réseau de places d’accueil.

Pour plus d’informations

  • Amanda Ojalvo, pour le comité référendaire, 078 914 90 94
  • Valérie Buchs, SIT, 079 454 58 40
  • Maurice Perrier, AGEDE, +33 6 72 65 22 35
  • Davide De Filippo, CGAS, 079 707 14 67

 

  • Vues : 221

Proposition de vidéo – Loi modifiant la loi sur l’accueil préscolaire

Il s’agirait d’une vidéo explicative, axée le plus possible sur ce qu’est l’objet de vote et visant un public peu ou pas du tout renseigné. Le langage serait donc parlé et le plus accessible possible. Le texte serait lu par trois personnes (au maximum) en alternance, chacune dans un lieu différent pour que la vidéo soit visuellement dynamique. Un script sera proposé sur la base l’argumentaire du flyer afin que les intervenant-es puissent se réapproprier le texte. Le tournage aurait lieu sur une seule journée en présence des trois intervenant-es. Il faudrait compter une journée complète, à choisir en fonction des disponibilités des intervenant-es et de la vidéaste.

Durée de la vidéo : moins de 1min30. Au-delà de cette durée, une large partie de l’audience ne regarde pas la fin).

Lieux proposés : une salle de jeux, un lieu en extérieur (par exemple une place de jeux) et un bureau ou une salle de réunion.

 

 

Lire la suite...Proposition de vidéo – Loi modifiant la loi sur l’accueil préscolaire

  • Vues : 682

Invitation conférence interactive sur le thème de « la solitude du manager »

Nous avons le plaisir de vous inviter à une conférence interactive sur le thème de « la solitude du manager » le  :

Chères et chers membres,

Mardi 5 mars 2024 de 17h00 à 19h00
à la Maison Internationale des Associations (MIA)
15 rue des Savoises - 1205 Genève

« Être manager, c’est trouver seul(e) des solutions à tout, c’est gérer ses frustrations et surtout ne rien laisser paraître. »

Rencontrons-nous pour abandonner cette croyance dépassée ! En réalité, personne n’est mieux placé que les membres de l’ACIPEG pour comprendre vos défis quotidiens, partager des pistes de solutions et sourire avec vous des petites frustrations.

Lila Schneider, psychologue du travail et des organisations animera cette soirée alliant pistes de réflexions sur soi et instants ludiques et où le partage primera sur les grandes théories abstraites.

Une verrée suivra lors de laquelle nous pourrons poursuivre nos discussions de manière conviviale et informelle.

Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire à l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Espérant vous y accueillir prochainement, nous vous adressons nos cordiales salutations.

Par catégorie

Les archives

Lire la suite...Invitation conférence interactive sur le thème de « la solitude du manager »

  • Vues : 1218

Communiqué de presse

 ACIPEG logo

GENÈVE, LE 9 FÉVRIER 2024                                    

PROPOSITION DE L’UDC SUR UNE RÉVISION DES NORMES D’ENCADREMENT DES 2-4 ANS EN CRÈCHE À GENÈVE : UNE FAUSSE BONNE IDÉE !

L’association des cadres de la petite enfance genevoise (ACIPEG) s’oppose à la proposition de loi faite par l’UDC sur les normes d’encadrement des 2-4 ans et alerte sur l’absence absolue d’effet concret et positif des changements proposés. 

Le 8 décembre 2023, l’UDC, soutenue par des membres du PLR, a déposé au Grand Conseil un projet de loi pour modifier la Loi sur l’accueil préscolaire (LAPr) (J 6 28). L’objectif annoncé serait d’accroître le nombre de places de crèche disponibles par une réforme structurelle. Les modifications toucheraient le taux d’encadrement des groupes d’enfants des 2-4 ans, d’une part en augmentant le nombre d’enfants par adulte, d’autre part en modifiant la répartition du personnel, par une diminution de 10% des taux de personnel diplômé et de titulaires de CFC et l’introduction d’un taux de 20% d’auxiliaires. Selon les signataires : « Ces nouvelles proportions concilient tant la volonté d’abaisser les coûts que celle de faciliter la création de nouvelles places. »(https://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL13395.pdf)

L’ACIPEG relève que l’augmentation du nombre d’enfants présents par adulte n’aura aucun effet sur le nombre de places disponibles, puisque celles-ci sont déterminées par la taille des salles des structures d’accueil (trois mètres carrés par enfant).

La répartition des adultes proposée est proche de la pratique accordée par dérogation en raison d’une pénurie de personnel formé. Nous pouvons déjà constater qu’elle n’a jamais permis de faire des économies qui auraient contribué à l’ouverture de structures d’accueil supplémentaires.

Au contraire, comme le reconnaissent eux-mêmes les signataires dans leur argumentaire, le personnel subit déjà de plein fouet la pénurie de personnel formé. Genève est l’un des cantons romands où les normes d’encadrement sont les moins favorables aux 2-4 ans et la proposition de loi n’apportera aucune amélioration à la pénurie de places d’accueil. Elle risque en revanche de maintenir et même de dégrader la situation de travail tendue que connaît le secteur actuellement (manque de personnel qualifié et taux d’absentéisme important) et de péjorer la qualité de l’accueil.

L’ACIPEG rappelle les constats de l’OCDE : « (…) les environnements sont riches et stimulants et la pédagogie, de qualité, si le personnel est plus qualifié (…). Des taux d’encadrement plus élevés sont systématiquement associés à des relations de qualité entre le personnel et les enfants dans l’EAJE. Il est courant de considérer que des taux plus élevés sont bénéfiques, car ils permettent au personnel (…) de passer moins de temps à gérer les perturbations en classe (OCDE, 2020[14]). » (https://www.oecd-ilibrary.org/sites/afe23569-fr/index.html?itemId=/content/component/afe23569-fr)

CONTACT PRESSE : Cécile Borel, pilote de la commission stratégique de l’ACIEPG, 076 320 33 19 cs.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


 L’ACIPEG défend les intérêts des cadres de la petite enfance genevoise, la qualité des prestations offertes aux enfants et aux familles et collabore activement avec les partenaires et les organismes de l’accueil préscolaire genevois.

ACIPEG | 13 chemin du 23 août | 1205 Genève | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Vues : 956

Pro Enfance: Formation romande autour du matériel T-Box pour pouger les lignes de l'inclusion et de la diversité

Pro Enfance s'associe à la Fondation pour l'éducation à la tolérance (SET) et propose une journée de formation continue autour du matériel pédagogique « T-Box tolérance », pensée pour les enfants de 3 à 8 ans. Si le thème de la diversité n'est pas nouveau dans le champ de l’enfance, la littérature sur le sujet ainsi que les projets menés dans les lieux d'accueil tendent néanmoins à se concentrer sur un aspect particulier de cette problématique (genre, migration, handicap, etc.).
 
La T-Box élargit les perspectives en abordant la question des différences et des similitudes entre les individus. Comment accueillir tous les enfants et toutes les familles, quelles qu'elles soient et d'où qu’elles viennent ? Comment accompagner les enfants dans l'exploration de la diversité, l'apprentissage du « vivre ensemble » et la rencontre avec des enfants et des adultes qui diffèrent d'eux par leur physique, leur culture, ou leur façon de vivre ? Comment faire vivre ce matériel pédagogique pour appréhender la diversité au sens large, sans enfermer les pratiques professionnelles dans une « boîte à outils » ou les renvoyer à des « recettes » toutes prêtes ? Quels enjeux pour que l’invitation à l’inclusion puisse se déployer ?
 
Cette formation se déroule à la HETS-Lausanne le 29 novembre 2023 et s'adresse aux professionnel·les de l'enfance de Suisse romande.
 
La parole sera donnée à des expert·es complémentaires. Les participant·es auront aussi l'occasion d'échanger, notamment dans le cadre des ateliers.
 
  • Vues : 1755